Rencontre avec Pio Marmaï, Alice Belaïdi et Léa Fazer [Maestro]

Pio Marmai, Alice Belaidi et Léa Fazer sont venus présenter Maestro
Pio Marmai Alice Belaidi Léa Fazer

Rencontre avec Pio Marmaï, Alice Belaïdi et Léa Fazer  à l’occasion de la sortie en salle ce mercredi de Maestro

Au-delà des liens personnels que vous entreteniez avec Jocelyn Quivrin, qui co-signe le scénario avec vous Léa, aviez-vous envie de faire un film sur le cinéma ?

LEA FAZER : Ce n’était la raison première. Mon intention première était le parcours du personnage d’Henri joué par Pio qui s’ouvre, une loupe sur le moment quand dans la vie où on arrive à s’ouvrir à des plaisirs, un peu du second degré, des choses  un peu plus complexes, tant dans les sentiments amoureux, que dans l’amitié, et dans un accès à la culture. Comme Henri était un acteur cela permettait de parler du cinéma, et cela était jubilatoire pour moi en tant que réalisatrice de pouvoir parler de ce qui fait notre vie de manière directe, ce qui est extrêmement ludique, pas uniquement, on s’interroge également… On n’a pas connu la Nouvelle Vague, nous sommes trop jeune pour cela, mais le cinéma d’auteur existe cependant, grâce à l’exception culturelle française, cinéma fragile, et mon film a quelque chose d’un manifeste, tout en restant ludique, avec du matériau humain.

Le film a-t-il été dur à monter financièrement ?

LEA FAZER : Très difficile à monter oui. Car « entre deux ». Parce que c’est une comédie… Il peine à rentrer dans les circuits de financement du cinéma d’auteur, et parce qu’il n’est pas assez commercial, de prime abord, il n’est pas très intéressant pour les Majors. Au final, son budget s’élève à un peu plus de 2 millions d’euros.

Pio, Alice, En tant qu’acteur/actrice, avez-vous eu à apprendre à réciter en alexandrin ?

ALICE BELAIDI Je ne suis pas actrice de formation … je prends plaisir à en lire et aller en voir au théâtre mais je n’ai pas été dans des écoles ou pris des cours de comédie, j’ai appris à Avignon sur le tas … C’est un matériau intéressant à travailler, à moderniser.  Il me semble que ce film là est aussi là pour ça, mélanger les genres, le commercial, le populaire, les films pop-corn bien potaches que nous aimons avec Pio, et le monde de la culture, celui des alexandrins.

PIO MARMAI Pour ma part, cela était une figure imposée de mon cycle d’apprentissage à l’école nationale de Saint Etienne.

Est-ce compliqué de jouer un comédien ?

PIO MARMAI Oui un peu.  Il y a une distanciation notamment quand on tourne une scène où l’on nous dit « coupez » dans la scène que l’on joue, alors que l’on continue de tourner. Je ne me pose jamais de question quand je joue, je ne suis pas très bien placé pour répondre à cette question.

ALICE BELAIDI Comme le disait Léa, on peut faire le parallèle avec qui l’on est, où à des connaissances. Cela est sympathique pour nous, sûrement plus que d’autres rôles qui font moins écho pour nous. On puise dans ce que l’on connait. Quand j’ai lu le scénario, je me suis même demandé si les gens qui ne font pas du cinéma allaient s’intéresser autant que moi, et au vu des réactions du public, il semble que oui. Cela parle à tout le monde, et le cinéma parle à tout le monde.

Parlez-nous un peu de cette scène où Henri arrive sur le tournage, comme sur un tapis roulant  …

LEA FAZER C’est un rêve, et surtout une référence à la première scène du Mépris de Jean-Luc Godard, à l’envers. On s’amuse à cela, pour créer le contraste entre le casting humiliant, comme cela est fréquent dans le métier de comédien, et qui renvoie à cette impression que l’on peut avoir quand on recherche un travail, et le rêve que l’on peut avoir du milieu auquel on postule …

Peut être pensiez-vous également à Truffaut ?

LEA FAZER Non, si vous pensez à La nuit américaine sur un thème assez semblable. Truffaut donne sa vision, apprend aux gens comment le cinéma se construit, à une époque où les gens n’étaient pas si informés, n’avaient pas accès au making-of. Au contraire, nous partons du principe que les gens savent aujourd’hui comment se fait un film, on parle d’un cinéma en particulier, et c’est une toile de fond, pas le sujet, presque un décor. Pour revenir sur le contraste, c’est un sujet important, mais l’autre sujet important est la transmission. Entre un film de la franchise Fast and Furious et un film de Marguerite Duras, sans dire que l’un est mieux que l’autre, l’accès n’est pas le même. Il est plus aisé d’apprécier un coca-cola qu’un vin subtil, sauf à avoir accès à la connaissance qui permet d’en apprécier la subtilité. Et le personnage d’Henri a besoin d’un guide pour cela. De mon côté, j’ai la nostalgie d’un certain cinéma mais aussi d’un certain public. Quand on pense à un film comme La Salamandre d’Alain Tanner, à l’époque de la Nouvelle Vague, faisait beaucoup d’entrées. Aujourd’hui le film serait fragile. Michael Lonsdale est ici peut être ce passeur qui peut être nécessaire, un peu un Maitre Yoda. Sans la transmission, on va aller, je pense,  vers une société de plus en plus standardisée.

Michael Lonsdale est impressionnant ?

LEA FAZER Oui, c’est un Maestro …

ALICE BELAIDI On n’a rarement la chance de tourner avec un tel monstre du cinéma. Il n’y a qu’à voir sa filmographie, on a de quoi être impressionné. Mais très rapidement il casse cela. Il est d’une très grande simplicité. Il met à l’aise, un peu comme son personnage …

Vous avez pensé à lui dés le départ …

LEA FAZER Oui, évidemment. Il a joué pour Duras, mais il a aussi joué le méchant dans James Bond. Il a une grande ouverture d’esprit, un rapport à la langue à la poésie, et un phrasé qui n’a pas son pareil !  Et il est d’une telle curiosité…

Quelle a été sa réaction quand vous lui avez proposé le rôle …

LEA FAZER Il a tout de suite aimé le rôle. Il m’a étonné, alors que j’avais écrit dans une petite note que le disant que son personnage « kiffait », l’une de ses premières questions a été de me demander ce que voulait dire kiffer.

Et le choix de Pio était-il tout aussi évident ?

LEA FAZER Vous savez, il n’y a que très peu d’acteurs qui ont un spectre de jeu aussi large. Il y a chez Pio quelque chose de puissant, de très masculin, quelque chose de très facétieux, de très joueur, mais il y aussi dans son jeu des instants où il est extrêmement touchant. Pio était évident pour moi.

 

Léa Fazer Pio Marmai Alice Belaidi
Pio Marmai Alice Belaidi Léa Fazer

« Quand on pense à un film comme La Salamandre d’Alain Tanner, à l’époque de la Nouvelle Vague, faisait beaucoup d’entrées. Aujourd’hui le film serait fragile. »

Léa Fazer 

 

Pio, Alice qu’avez-vous pensé des Amours d’Astrée et Céladon d’Eric Rohmer si vous l’avez vu ?

PIO MARMAI : Très bonne question… J’ai vu le film parce que je savais que j’allais tourner Maestro. Je dois vous avouer que la première fois que je l’ai vu, je me suis demandé ce que j’étais en train de regarder et que je n’ai pas pu m’empêcher de rire… Et puis je l’ai revu une deuxième fois, et là je suis beaucoup plus rentré dans le film, et j’ai mieux saisi les intentions, la richesse, je suis entré dans l’univers .

ALICE BELAIDI : Je ferais exactement la même réponse que Pio.

Le régisseur du film que vous montrez est totalement hystérique … Hommage ou moquerie ? Souvenir ?

LEA FAZER Du point de vue de la dramaturgie, le film se développe pour montrer le point de vue d’Henri, sa transformation. Et au départ Henri est moqueur.

ALICE BELAIDI : Il faut dire que c’est souvent la réalité. Il est nécessaire d’avoir quelqu’un qui maîtrise le temps, rameute les troupes, hurle sur les autres. Surtout que les temps de tournage sont très courts. C’est mieux que ce ne soit pas au réalisateur de le faire.

LEA FAZER : C’est comme l’ingénieur du son qui fait sa crise à la fin du film. C’est un grand classique d’un tournage. L’ingénieur du son fait sa crise à un moment ou à un autre.

Les gags du téléphone portable et de la licorne sont ils inspirés du film Les amours d’Astrée et Céladon ?

LEA FAZER : Oui pour le téléphone portable, non pour la licorne, car Eric Rohmer n’avait pas choisi de filmer cette partie du livre, qui fait 10 000 pages. Pour ma part, j’ai choisi un passage que Rohmer n’avait pas retenu. Et j’ai imaginé ce qui aurait pu se passer si Rohmer, avec les moyens qui étaient les siens à l’époque, avait du filmer une licorne … à la façon artisanale.

Alice et Pio, comment s’est passée votre rencontre ?

ALICE BELAIDI On s’est rencontré la première fois il y a un an, un 13 juillet, Pio m’avait invité à son anniversaire. J’arrive un peu en retard. Pio était bien éméché en train de se faire tatouer par un ami tatoueur, comme tous ses amis. Il me dit : « Je suis super content que tu sois là, je viens de me faire tatouer ! ». Je me suis dit : « J’adore ce mec ! On va se régaler »… Et voilà !

Béatrice Dalle : coming out amoureux

 

BBéatrice Dalle amoureuse !
Béatrice Dalle amoureuse !

Vous n’êtes (peut-être) pas sans le savoir : au Mag cinéma, on aime beaucoup Béatrice Dalle.

Béatrice Dalle qui, il y a peu, avouait vivre retirée du monde, et n’être plus disponible à tout sentiment amoureux. Par hasard, au détour d’une interview, nous avions eu vent que cela avait changé.

« Eh bien je me trompais (en disant ne plus être disponible pour l’amour NDLR) . C’était une erreur. Comme pour Lucrèce, tout peut encore changer. Je n’ai pas trop envie d’en parler, mais c’est une rencontre faite comme ça, par hasard. Un cadeau de la vie. « 

1018708_beatrice-dalle-web-0203593374089

Par hasard aussi, nous avons su qui était l’heureux élu, au détour d’une interview menée par Pascale Clark sur France Inter. L’animatrice y interviewe l’actrice qui monte -pour la première fois- sur les planches, accompagnée de son metteur en scène. Béatrice Dalle fait d’abord part de la beauté physique du metteur en scène. Le metteur en scène parle « d’icône », « très intelligente, à la beauté dévorante » : « On s’est rencontré ça devait durer 40 minutes et ça a duré 4 heures. on s’est quittés en se serrant dans les bras. »

Quant à l’actrice, elle donne les raisons qu’il lui ont donné envie de travailler avec lui :  « Son esprit sa curiosité sa créativité, tout ce qu’il est quoi et aujourd’hui je suis super fière qu’il ait voulu me rencontrer et qu’il me fasse confiance et chaque jour j’essaie de lui plaire, j’essaie de le séduire et de lui plaire et qu’il soit super fière de moi. »

Vu de loin c’est une histoire d’amour, avance Pascale Clark. « Ouais c’en est une ! » s’exclame BD le metteur en scène de renchérir « Ah carrément ! » On sent l’animatrice interloquée de lever un scoop sans l’avoir cherché.

LUCRECE BORGIA

L’heureux élu serait donc David Bobée, jeune metteur en scène  très punk et audacieux. Il dirige Béatrice Dalle dans Lucrèce Borgia, dont les représentations au lieu actuellement au château de Grignan jusqu’au 23 août, avant une tournée française puis européenne. Les retours sont déjà très positifs.

Heureux au travail… heureux en amour.

 

 

Ablations , un film bien étrange …

affiche-ablations_a426c2c255b7967e0be7423efd5d7615

Benoît Délépine, bien connu pour son travail d’auteur pour Les Guignols de l’Info ou Groland, mais aussi pour ses premiers films avec son acolyte Gustave de KervernAaltra, Avida, Louise Michel, Le grand soir, …- écrit ici un film étrange dont il confie la réalisation au jeune réalisateur Arnold de Parscau, pour son premier long métrage.

ablations 4

Ablations nous raconte les mésaventures de Pastor; joué par Denis MenochetInglorious Basterds, Le Skylab, Dans la maison,…; marié, deux enfants (dans la moyenne, dirons-nous, quel mal à cela ?) qui se réveille dans un terrain vague au lendemain d’une soirée bien arrosée. Sans souvenirs, il remarque une cicatrice dans le bas du dos. Consultant son ancienne maîtresse – Florence Thomassin  – La Princesse de Montpensier, Elisa, …- chirurgienne, il apprend qu’on lui à volé un rein. Choqué puis obsédé par ce vol, Pastor en vient à sacrifier sa famille et son travail afin de retrouver son organe; quitte à se perdre dans les méandres de la folie.

ablations 5

Au casting, en plus de Denis Ménochet et Florence Thomassin, vous retrouverez la toujours très belle Virginie Ledoyen, dans le rôle de Léa, la femme de Pastor, mais encore Philippe Nahon ou Yolande Moreau.

Outre son synopsis, Ablations détonne par sa réalisation; comme je vous le disais en préambule. La caricature n’est jamais très loin, que ce soit les personnages, en eux même, ou les situations qui se mettent en place.

On pense premièrement à cette scène, où Anna, la maîtresse de Pastor, annonce à ce dernier qu’on lui a retiré un rein sans son consentement. Celle-ci prend alors un air détaché, «jemenfoutiste», qui contraste avec la cruauté de la situation. Ensuite , le personnage de Léa, qui  venant à douter, à vitesse grand V et de façon paranoïaque de la fidélité de Pastor,  ne verse aucunement dans la demi-mesure, allant jusqu’à menacer les collègues de travail de ce dernier. On pense enfin à cette situation où Pastor, à la recherche d’un suspect, se rend dans un quartier sensible: trois minutes suffisent alors pour que de jeunes délinquants tentent de braquer sa voiture.

ablations 6

Ce sont quelques exemples parmi d’autres où l’on se dit que c’est trop exagéré, trop gros.

Tellement gros en effet que s’en dégage une impression de cauchemar que les quelques séquences oniriques à l’esthétisme chiadé (n’ayons pas peur des mots) renforcent de façon certaine.

Attention, nous ne parlons pas ici de cauchemars horribles  et/ou « gores », la mort surgissant au pire moment. Non, ici l’angoisse est plus pernicieuse : tout ce que l’on voit ou entend nous met mal à l’aise sans que cela soit effrayant.

Voilà ce qu’est Ablations. Un mauvais rêve où le protagoniste perd tout.

Arnold de Parscau et Benoît Delépine nous livre ici une comédie noire intéressante, à l’humour parfois proche de celui des Monthy Python, desservi par de très bon comédiens.

Si au premier abord, Ablations peut sembler inconstant, nous nous interrogeons. Est-ce un un défaut ou une qualité ? Une erreur de jeunesse ou une intention d’auteur ?

ablations 2

Quoi qu’il en soit, c’est un film à découvrir; du moins pour se forger sa propre opinion, si ce n’est pour suivre les débuts d’un réalisateur riche d’idées et de propositions.

Un magazine pour les cinéphiles