Les bonnes manières – Sans malfaçon

Les bonnes manières a été présenté dans de nombreux festivals. De cette large campagne festivalière, Juliana Rojas et Marco Dutra ont accumulé de nombreuses récompenses. Ainsi, au Prix spécial du jury du festival de Locarno en 2017 sont venus notamment s’ajouter les Prix du jury et de la critique du festival Gérardmer 2018. Ce palmarès souligne la qualité d’un exercice de style qui débouche sur un film hybride inclassable. Dans une veine fantastique, Rojas et Dutra livrent une sorte de fable… d’épouvante aux portées sociales et politiques.

Continuer la lecture de Les bonnes manières – Sans malfaçon

La quinzaine des réalisateurs 2018: Hâte !

La quinzaine des réalisateurs vient d’annoncer sa sélection 2018. Et comme souvent, elle donne envie ! Notamment côté films français, puisqu’on y retrouve les nouveaux films de Philippe Faucon, Gaspar Noe, Guillaume Nicloux mais encore Romain Gavras pour ne citer qu’eux  ! Gros casting également puisqu’on y retrouve Gérard Depardieu, Isabelle Adjani, Adèle Haenel, Nicolas Cage ou encore Gaspar Ulliel Voici la sélection:

Continuer la lecture de La quinzaine des réalisateurs 2018: Hâte !

The third murder, quand Kore Eda revisite Dostoievski

Le grand avocat Shigemori est chargé de défendre Misumi, accusé de vol et d’assassinat. Ce dernier a déjà purgé une peine de prison pour meurtre 30 ans auparavant. Les chances pour Shigemori de gagner ce procès semblent minces, d’autant que Misumi a avoué son crime, malgré la peine de mort qui l’attend s’il est condamné. Pourtant, au fil de l’enquête et des témoignages, Shigemori commence à douter de la culpabilité de son client.

On a souvent comparé Kore-Eda à Truffaut. C’est à dire à un très bon metteur en scène – ce qu’il est a minima – , mais pas un homme au génie incontesté, incontestable (Oui Truffaut est resté dans l’ombre de Godard, comme Mc Cartney est resté dans l’ombre de Lennon). La faute à une prise de risque trop faible dans la filmographie, et à un souci trop impérieux de continuité, de filer une oeuvre par trop linéaire, prévisible, qui se suit et se répond dans une logique prévisible.

Continuer la lecture de The third murder, quand Kore Eda revisite Dostoievski

Un magazine pour les cinéphiles