Deadpool 2 – Sur notre faim !

Difficile d’échapper aujourd’hui à la ribambelle de films de super-héros  Marvel ! Parmi tant de productions boursouflées, insipides, quelques réalisateurs sont pourtant parvenus à se frayer un chemin, voire à s’imposer. Citons les quelques réussites qui nous viennent à l’esprit:  Les gardiens de la galaxie 1&2  de James Gunn ou le désopilant What we do in the shadows  de Taika Waititi qui avait également su dépoussièrer l’ennuyeux Thor avec le très bon Thor : Ragnarok.

Continuer la lecture de Deadpool 2 – Sur notre faim !

Una questione privata – Brumes mémorielles

Avec Una questione privata, Paolo et Vittorio Taviani livrent un film de mémoire sur une Italie tiraillée entre partisans et fascistes sur fond de triangle amoureux. Inégal dans son ensemble, ce long-métrage dissolu, car trop allégorique et symbolique, manque de finalité. Si dénonciation il y a, celle-ci paraît insuffisamment incarnée et portée.

Continuer la lecture de Una questione privata – Brumes mémorielles

Sicilian ghost story – Le sordide fait fable

Lors du festival de Cannes 2017, Sicilian ghost story, film d’ouverture de la Semaine Internationale de la critique, n’avait reçu qu’un accueil plutôt distancié de la part des critiques in situ. Cette mauvaise presse vaut au film une sortie tardive sur nos écrans alors qu’en Italie, il a connu un beau succès et remporté plusieurs prix notables. Le peu d’entrain de la critique internationale envers ce film s’explique peut-être par la tonalité douloureuse et triste de celui-ci. Pourtant, la réalisation et le récit de Fabio Grassadonia et Antonio Piazza cumulent de belles qualités. À mi-parcours de l’année 2018, nous plaçons Sicilian ghost story parmi les meilleurs films vus durant ce premier semestre finissant.

Continuer la lecture de Sicilian ghost story – Le sordide fait fable

Pororoca, pas un jour ne passe – Nouvelle Vague porteuse

Film au long cours (2h30), drame psychologique profond, Pororoca, pas un jour ne passe est émaillé de deux longs plans-séquences radicalement différents. Ils sont autant de marqueurs d’une mise en scène réfléchie, intelligente et brillante. Ce film, réceptacle d’une excellente gestion des durées et des espaces dans un format Scope, positionne son auteur, Constantin Popescu, en bonne place dans la sphère du cinéma roumain actuel.

Continuer la lecture de Pororoca, pas un jour ne passe – Nouvelle Vague porteuse

#Berlinale 3 jours à Quiberon – Très beau portrait de Romy Schneider

1981. Pour une interview exceptionnelle et inédite sur l’ensemble de sa carrière, Romy Schneider accepte de passer quelques jours avec le photographe Robert Lebeck et le journaliste Michael Jürgs, du magazine allemang « Stern » pendant sa cure à Quiberon. Cette rencontre va se révéler éprouvante pour la comédienne qui se livre sur ses souffrances de mère et d’actrice, mais trouve aussi dans sa relation affectueuse avec Lebeck une forme d’espoir et d’apaisement.

Continuer la lecture de #Berlinale 3 jours à Quiberon – Très beau portrait de Romy Schneider

Un magazine pour les cinéphiles