Taper "Entrée" pour passer le contenu

#Lumière2020: Notre journal critique

Le festival Lumière aura bien lieu cette année. Après Deauville, le festival comprend des reprises de la sélection officielle de Cannes2020, au milieu d’une sélection pléthorique. Comme pour chaque festival, nous vous proposons ici un journal critique, pour mieux vous guider.

L’échelle de notation qui est appliquée est la suivante:

–       très mauvais film
*         film passable
**       bon film
***     très bon film
****   excellent film
***** chef d’oeuvre

La Sélection Officielle du Festival de Cannes à Lumière 2020

Le festival Lumière accueille la Sélection Officielle du Festival de Cannes 2020. Le public pourra ainsi découvrir en avant-première et en présence des équipes les nouveaux films de quelques fidèles de Cannes tels Maïwenn, Thomas Vinterberg, Jonathan Nossiter, Lucas Belvaux ou Sharunas Bartas ; des nouveaux noms en Sélection tels Danielle Arbid, Marie-Castille Mention-Schaar, Farid Bentoumi, Ludovic et Zoran Boukherma ; les premières réalisations de Viggo Mortensen, Charlène Favier, Fanny Liatard et Jérémy Trouilh, Suzanne Lindon, Samir Guesmi ou Nicolas Maury ; ou des comédies signées Laurent Laffite, Bruno Podalydès, Emmanuel Courcol et aussi le film à sketches venu de Hong Kong et le film d’animation des studios Ghibli.


Falling de Viggo Mortensen (2020, 1h52)
Un homme décide de ramener auprès de lui son père dont l’esprit décline. Il se retrouve confronté à sa résistance et à leurs différences… Viggo Mortensen filme intensément les fractures et les douleurs de la psyché familiale.
Sortie en salles : 4 novembre 2020
Production : Percival Pictures

Ventes : Hanway Films
Distribution France : Metropolitan Filmexport
Pathé Bellecour di 11 17h30 | Institut Lumière lu 12 20h45

Notre avis: pas vu


Gagarine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh (2020, 1h37, VFSTA)
Quand il apprend que sa cité, Gagarine, est menacée de démolition, Youri décide de rentrer en résistance… L’histoire d’un ado au prénom prédestiné, premier film coréalisé par Fanny Liatard et Jérémy Trouilh dont les courts métrages ont été remarqués à Clermont-Ferrand.
Sortie en salles : 18 novembre 2020
Production : Haut et Court
Ventes : Totem Films
Distribution France : Haut et Court
Comœdia di 11 18h

Notre avis: pas vu


Des hommes de Lucas Belvaux (2020, 1h41, VFSTA)
Deux ans après avoir été appelés en Algérie, Bernard, Rabut, Février et d’autres sont rentrés en France. Ils se sont tus, ils ont vécu leur vie… Une évocation de cette chape de plomb et de silence qui s’est abattue sur la France après la « guerre sans nom », avec Gérard Depardieu, Catherine Frot et Jean-Pierre Darroussin.
Sortie en salles : 11 novembre 2020
Production : Synecdoche
Ventes : Wild Bunch International
Distribution France : Ad Vitam 
Pathé Bellecour di 11 18h30

Notre avis 1: ***

Le film nous a divisé. Il traite d’un sujet ô combien délicat et il le fait avec une forme déroutante pour certain, admirable pour d’autre. Très écrit, le film propose un véritable récital de portraits et une galerie de portraits et de points de vues assez vertigineux. Certains s’offusquent précisément de cette profusion, quant par ailleurs l’image, les cadres sont relayés au second plan et se font bien plus ordinaires. Rarement un réalisateur aura cherché à autant explorer les possibilités de la voix off, pour un résultat qui va crescendo pour qui se laisse embarquer.

Notre avis 2:


Drunk de Thomas Vinterberg (Druk, 2020, 1h55)
Encouragés par une théorie selon laquelle une légère ébriété ouvrirait l’esprit sur le monde qui nous entoure, Martin (Mads Mikkelsen) et trois de ses amis professeurs de lycée se lancent dans l’expérience… Un film éthiquement incorrect, à la fois drôle et criant de désespoir.
Sortie en salles :14 octobre 2020
Production : Zentropa
Ventes : Trustnordisk
Distribution France : Haut et Court
Institut Lumière di 11 20h30 | Comœdia lu 12 17h30

Notre avis:


Vaurien de Peter Dourountzis (2020, 1h36)
Djé débarque à Paris sans un sou, avec pour seule arme son charme. Il saisit chaque opportunité pour travailler, aimer, dormir. Et tuer.
Sortie en salles : 13 janvier 2021
Production : 10:15 Productions
Ventes : Kinology
Distribution France : Rezo Films
Pathé Bellecour lu 12 à 18h

Notre avis: ***

Un film qui dresse un portrait très effrayant d’un tueur en série. L’entreprise peut rappeler Beau-père de Blier, ou même série noire; Deladonchamp n’égalant cependant pas Dewaere, mais il y a assurément un trouble particulier à passer quelques temps aux côtés de ce personnage atypique, qui n’éveille pas nécessairement les soupçons.


Teddy de Ludovic et Zoran Boukherma (2020, 1h28, VFSTA)
Un soir de pleine lune, Teddy est griffé par une bête inconnue. Les semaines qui suivent, il est pris de curieuses pulsions animales… Un film de loup-garou transposé dans un univers à la fois naturaliste et très stylisé, avec Anthony Bajon.
Sortie en salles : 13 janvier 2021
Production : Baxter Films
Ventes : Wtfilms
Distribution France : The Jokers Films
UGC Confluence lu 12 18h30

Notre avis: pas vu


L’Origine du monde de Laurent Lafitte (2020, 1h38, VFSTA)
L’histoire d’un homme sans cœur, au sens propre du terme, mais apparemment vivant… Premier film du comédien Laurent Lafitte, un spectacle grinçant et joyeux, drôle et déroutant, avec Vincent Macaigne, Karin Viard, Nicole Garcia.
Sortie en salles : 4 novembre 2020
Production : Trésor Films
Ventes : Studio Canal
Distribution France : Studio Canal
UGC Confluence lu 12 18h45

Notre avis: *

Surtout vulgaire, et qui n’est riche que d’une seule idée première étiré à l’envie, on ne comprend absolument pas pourquoi ce film figure en sélection officielle Cannes 2020.


Au crépuscule de Sharunas Bartas (Sutemose, 2019, 2h07)
Un jeune homme dans un village de Lituanie, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, se retrouve confronté à la mainmise de l’URSS sur son pays… Une œuvre miroir avec notre monde actuel, extrêmement contemporaine.
Sortie en salles : février 2021
Production : Kinoelektron
Ventes : Luxbox
Distribution France : Shellac
Comœdia ma 13 18h | Lumière Terreaux me 14 14h30

Notre avis: **(*)

Sharunas Bartas nous propose, comme à son habitude, un film âpre. Certains l’évoquent comme un réalisateur exigeant se dont s’offusque très justement Thierry Frémaux, dit-on d’un écrivain qu’il est exigeant plus qu’un autre ? Il nous parle de la période d’après guerre, période qui pour la Lituanie constitue un moment charnière, à peine les allemands installés, la Russie va prendre possession du pays et mettre en place sa politique dictatorial. L’histoire prend son temps, quelques longueurs s’installent, mais ce n’est que pour mieux transmettre une vision glaciale, d’une noirceur rare, et estomaquer le spectateur petit à petit, le saisir, et presque lui rappeler l’horreur vécue par son pays sous cette période.


Les 2 Alfred de Bruno Podalydès (2020, 1h32, VFSTA)
Alexandre, chômeur déclassé, a deux mois pour prouver à sa femme qu’il peut s’occuper de ses deux jeunes enfants et être autonome financièrement… Une comédie enlevée et émouvante sur des personnages dépassés par le monde moderne et les nouvelles technologies, avec les deux frères Bruno et Denis Podalydès réunis.
Sortie en salles :13 janvier 2021
Production : Why Not Productions
Vente : Wild Bunch International
Distribution France : UGC Distribution
UGC Confluence ma 13 20h30

Notre avis: *(*)

Le film des frères Podalydès (les deux sont au casting et au stylo, Bruno signe le film en tant que réalisateur) présente un attrait indéniable, il est plutôt amusant, porté par un humour mi-railleur mi-absurde, qui peut rappeler une version très apsétisé de celui de Quentin Dupieux par exemple. Quelques situations ou répliques nous font aisément sourire, rarement rire ceci dit. Si ce n’est le regard malin, la critique appuyée mais somme toute très peu provocante contre la startupisation, la geekisation de la société, et tous les travers qui les accompagne – sans que souvent les protagonistes ne se rendent compte de leur ridicule- bien sentie, il manque un fond à cette histoire somme toute vaine par ailleurs bien trop ficelé par des ressorts de comédie éculés. Dans le même genre, on aura préféré #Jesuislà.


Soul de Pete Docter (2020, 1h40)
Passionné de jazz et professeur de musique dans un collège, Joe Gardner (voix originale de Jamie Foxx) a enfin l’opportunité de réaliser son rêve : jouer dans le meilleur club de jazz de New York.
Production : Pixar Animation Studios
Distribution France : The Walt Disney Company
Pathé Bellecour me 14 à 16h30

Notre avis: pas vu


Seize printemps de Suzanne Lindon (2020, 1h14)
Suzanne a seize ans lorsqu’elle tombe amoureuse d’un homme plus âgé qu’elle… Un premier film prometteur sur le récit d’un moment intime, avec Arnaud Valois.
Sortie en salles : 9 décembre 2020
Production : Avenue B. Productions
Vente : Luxbox
Distribution France : Paname Distribution
Pathé Bellecour me 14 18h30

Notre avis:

Un premier film écrit à 15 ans, et ça se voit. L’impression laissée est comparable à celle que nous produit une maman narcissique (Eglantine) qui nous montrerait un dessin de sa jeune fille de 3 ans: « regardez comme elle dessine bien ! C’est une maison ? non c’est moi … Ah oui elle dessine bien, elle a du talent comme toi Eglantine… » Rien ne dit que la fille d’Eglantine ne deviendra pas plus tard une grande dessinatrice, mais rien n’empêche de reconnaître que ses premiers dessins n’étaient pas bons … Seize printemps s’il n’était signé de la fille de Vincent Lindon et de Sandrine Kiberlain, n’aurait probablement pas existé. Et donc, Thierry Frémaux n’aurait pas eu l’idée de le regarder et de le donner à regarder au comité de sélection du festival de Cannes… Guillaume Depardieu était un excellent acteur, il tenait son talent probablement en héritage de celui de son père, mais aussi pour ses propres fragilités; Laura Smet est une excellente actrice, Sofia Coppola est une excellente réalisatrice. Peut être qu’un jour Suzanne Lindon nous donnera à voir un film abouti, mais pour le moment, ce « Seize printemps » ne compte que 2 ou 3 jolis instants qui se perdent dans 1h10 de relatif vide.


Passion simple de Danielle Arbid (2020, 1h39)
L’addiction physique entre un un homme marié vivant à l’étranger et une mère de famille… Adaptation brûlante du best-seller de l’écrivaine française  Annie Ernaux, avec Laetitia Dosch et Sergueï Polounine, danseur-star du Royal Ballet.
Sortie en salles : 13 janvier 2021.
Production : Les Films Pelléas
Ventes : Pyramide International
Distribution France : Pyramide Distribution
Un film coproduit par Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma 
Comœdia me 14 20h30

Notre avis: ***


A Good Man de Marie-Castille Mention-Schaar (2020, 1h48, VFSTA)
Aude et Benjamin s’aiment et vivent ensemble depuis 6 ans. Aude souffre de ne pas pouvoir avoir d’enfant alors Benjamin décide que c’est lui qui le portera.
Sortie en salles : 3 mars 2021
Production : Willow Films
Ventes : Pyramide International
Distribution France : Pyramide Distribution
Institut Lumière je 15 14h

Notre avis: pas vu


Rouge de Farid Bentoumi (2020, 1h28, VFSTA)
La fille d’un délégué syndical de l’entreprise nouvellement embauchée et une journaliste découvrent que l’usine, pilier de l’économie locale, cache bien des secrets… Deuxième film du réalisateur sur un scandale sanitaire, avec Zita Hanrot, Sami Bouajila et Olivier Gourmet.
Sortie en salles : 25 novembre 2020
Production : Les Films Velvet
Ventes : Wtfilms
Distribution : Ad Vitam 
Un film coproduit par Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma
UGC Confluence je 15 19h30

Notre avis 1: **(*)

Notre avis 2: *

Un thriller écologique au style très amécain c’est à dire présentant 3 défauts manifestes: éculé, appuyé, et manichéen. La psychologie des protagonistes est sacrifiée pour mieux densifier l’opposition, proposer des obstacles, ficelles scénaristiques – à dessein d’efficacité – qui nuisent au réalisme, à la justesse, à la nuance. La charge critique elle même s’en trouve diluée. Malgré une bonne introduction qui laisse entrevoir un portrait soucieux du détail, malgré la bonne intention d’inviter un dilemne familial, le récit très vite s’égare à nous proposer une trame très courante ces derniers temps, sans grande originalité.


ADN de Maïwenn (2020, 1h30)
La perte du grand-père adoré de la cinéaste déclenche chez elle un besoin de se rapprocher de l’Algérie… Un maelstrom de tendresse et de violence dans lequel Maïwenn joue son propre rôle, avec aussi Fanny Ardant, Marine Vacth et Louis Garrel.
Sortie en salles : 28 octobre 2020
Production : Why Not Productions
Ventes : Wild Bunch International
Distribution France : Le Pacte
Comœdia je 15 20h15

Notre avis: ***(*)


Slalom de Charlène Favier (2020, 1h32, VFSTA)
Le moment où tout peut déraper entre un entraîneur/pygmalion et sa protégée, jeune espoir du ski alpin… Un film sur l’emprise dans un magnifique décor des Alpes, avec Noée Abita et Jérémie Renier.
Sortie en salles : 6 janvier 2021
Production : Mille et Une Productions
Ventes : The Party Film
Distribution France : Jour2fête
Un film coproduit par Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma
Comœdia sa 17 11h

Notre avis: ****

Voici résolument notre grand coup de cœur de cette sélection Cannes2020 à Lumière. Très difficile de voir les défauts inhérents à un premier film, tant l’exigence est de mise, sur tous les plans, tant les qualités se manifestent rapidement. Slalom bénéficie en effet d’une très belle image – que ce soit les décors alpins, les lumières nocturnes ou crépusculaires mais aussi et surtout les magnifiques scènes de ski -, d’une bande sonore sobre et adaptée, d’un scénario bien ficelé et intéressant, d’une interprétation très convaincante de l’ensemble des protagonistes (Excellents Noée Abita et Jérémie Rénier). Le résultat est d’une rare justesse, Charlène Favier maîtrise parfaitement son sujet, son envers et ses décors. Elle montre la complexité des choses, dresse un sublime portrait d’une jeune fille qui se sent abandonnée par ses parents – et surtout par sa mère, tombe sous le charme de son professeur de ski, aux méthodes harcelantes, très souvent limites, très exigent. L’univers du sport de haut niveau, les relations entre un professeur et une jeune élève (on songe à Brisseau…), la peur de l’abandon, la réappropriation du corps (pour citer Noée Abita), l’apprentissage à dire non, les abus sexuels, les amours adolescents, la frontière mince entre l’amitié, l’admiration, l’amour et le désir, sont autant de sujets parfaitement visités par Slalom. Si nous devons vraiment lui citer un défaut: l’absence d’une version plus longue. En effet, il est manifeste que le film est très recentré, concentré, et que quelques intrigues légèrement secondaires, ou même quelques scènes qui auraient pu s’étirer n’ont pas été conservées au montage.


Ibrahim de Samir Guesmi (2020, 1h19)
À cause d’un délit qu’il commet, Ibrahim met son père dans une situation délicate. Le jeune homme tente de réparer sa faute… Premier film du comédien Samir Guesmi, il reçoit quatre prix au récent Festival du Film francophone d’Angoulême.
Sortie en salles : 9 décembre 2020
Production : Why Not Productions
Ventes : Wild Bunch International
Distribution France : Le Pacte
Institut Lumière sa 17 16h15

Notre avis: pas vu


Last Words de Jonathan Nossiter (2020, 2h06)
2085. Dans un monde post-apocalyptique, deux survivants, le jeune Kal et un vieil homme, Shakespeare, retrouvent en visionnant de vieilles bobines de films le goût de vivre… Le cinéma comme début et fin du monde, comme principe d’éternité, avec Kalipha Touray, Charlotte Rampling, Nick Nolte, Alba Rohrwacher.
Sortie en salles : 21 octobre 2020
Production : Stemal
Ventes : The Party Film
Distribution France : Jour2fête
Pathé Bellecour sa 17 16h45 | UGC Confluence di 18 15h
Notre avis: *

Le film part d’un concept intéressant, et aussi d’une très bonne intention: rendre hommage, sacraliser le cinéma. Il y parvient d’ailleurs parfois, offrant quelques jolis passages. Mais ceux-ci ne suffisent aucunement à nous faire oublier tous les aspects hautement décevants du film … Le scénario est simpliste, ce que l’on aurait louer si la plume se rapprochait de celle d’un Saint Exupéry, qui en montrant l’essentiel parvient à interroger bien au-délà. On pense malheureusement bien plus à du Coelho. Le rythme est inadapté – on s’ennuie fermement dans l’ensemble-, les personnages sans identités, sans intrigues, sans intérêts, les dialogues d’une grande banalité, les images sont quelconques, la bande sonore anodine, et surtout la vision futuriste proposée manque cruellement d’imagination, de justesse, de perspectives intéressantes et de cohérence. On s’étonne également de certaines réflexions sexuelles glissées ici ou là parfaitement consternantes. D’autant plus dommage, que le concept en lui même proposait une mise en abîme implicite, qui permet plus que jamais – en ces temps liberticides très peu dénoncées- de s’interroger sur la fonction du cinéma.


Un triomphe d’Emmanuel Courcol (2020, 1h46)
Un acteur en galère accepte pour boucler ses fins de mois d’animer un atelier de théâtre dans une prison… Inspiré d’une histoire vraie, un véritable film de prison avec un mélange très réussi de jeunes comédiens et de vétérans de la Comédie Française ainsi que Kad Merad.
Sortie en salles : 6 janvier 2021
Production : Agat Films & Cie
Ventes : MK2 Films
Distribution France : Memento Films Distribution
Pathé Bellecour sa 17 17h

Notre avis:

Une comédie sans grande envergure, qui émeut un peu plus qu’elle ne fait rire, et dont on se demande, à l’instar d’Antoinette dans les cévennes ou d’A l’origine du monde ce qui lui vaut sa sélection Cannes 2020.


Septet : The Story of Hong Kong d’Ann Hui, Johnnie To, Tsui Hark, Ringo Lam, Sammo Hung, Yuen Woo-ping et Patrick Tam (Baat Bou Bun, 2020, 1h53)
Sept cinéastes hong-kongais unissent leurs efforts pour raconter, chacun à la sa manière, une période de l’histoire de leur pays… Un projet de longue date auquel l’actualité donne une résonance particulière.
Sortie en salles : 9 décembre 2020
Production : Milkyway Image
Ventes : Media Asia Distribution
Distribution France : Metropolitan Filmexport
UGC Confluence sa 17 19h45
Notre avis: *


Garçon chiffon de Nicolas Maury (2020, 1h50, VFSTA)
Jérémie, la trentaine, décide de quitter Paris et de se rendre sur sa terre d’origine, le Limousin, où il va tenter de se réparer auprès de sa mère… Un film d’inspiration autobiographique où le réalisateur incarne le personnage principal, avec aussi Nathalie Baye, Arnaud Valois, Laure Calamy.
Sortie en salles : 28 octobre 2020
Production : CG Cinéma
Ventes : Les Films du Losange
Distribution films : Les Films du Losange
Comœdia sa 17 21h30
Notre avis: pas vu (séance annulée)


Aya et la sorcière de Gorô Miyazaki (Aya to majo, 2020, 1h22)
Ayant grandi dans un orphelinat, Aya n’a aucune idée que sa mère avait des pouvoirs magiques. Sa vie va prendre un nouveau tournant lorsqu’elle est adoptée par une étrange famille, et qu’elle va partager la vie d’une sorcière autoritaire… Le grand retour du Studio Ghibli avec une adaptation du roman pour enfant de Diana Wynne Jones.
Première mondiale.
Sortie en salles : 2021
Production : NHK / NHK Entreprises / Studio Ghibli
Ventes : Wild Bunch International
Distribution France : Wild Bunch
Pathé Bellecour di 18 10h30

Notre avis: pas vu


Médecin de nuit de Elie Wajeman (2020, 1h22)
Mikaël est médecin de nuit. Il soigne des patients de quartiers défavorisés, mais aussi ceux que personne ne veut voir : les toxicomanes. Sa vie est chaotique. Il hésite entre sa femme et sa maîtresse, il est empêtré avec son cousin pharmacien dans un trafic de fausses ordonnances. Mikaël n’a plus le choix : cette nuit, il doit reprendre sa vie en mains.
Production : Partizan Films
Ventes : Be For Films
Distribution France : Diaphana Distribution
UGC Ciné Cité Confluence di 18 à 15h15

Notre avis: pas vu


CANNES CLASSICS:

The Chess Game of the Wind (Shatranj-e baad)de Mohammad Reza Aslani (Iran , 1976, 1h33)

Iran, sous la dynastie Kadjar. Alors que la maîtresse d’une noble maison décède, un conflit éclate entre ses successeurs pour son héritage.

UGC Ciné Cité Confluence lu 12 à 21h

Notre avis: ***

Une drame social symbolique qui se passe entièrement (sauf la scène finale) dans une maison. Cependant, la caméra multiplie les points de vu, montre différentes pièces (dont un hammam) séparés par des escaliers qui jouent un rôle très important dans l’histoire. Les relations entre les personnages – surtout les deux femmes – sont bien creusées. Notons également la prise en compte des moindres détails quant aux décors, aux habits et à la façon de parler de l’époque en question. Du film se dégage un suspense qui le rend intéressant jusqu’à la fin.

Pour en savoir plus sur la restauration de ce film, cliquez ici.

Neige de Juliet Berto et Jean-Henri Roger (France, Belgique, 1981, 1h30)

Anita (Juliet Berto), la barmaid de « La Veilleuse », aimait bien Bobby (Ras Paul I Nephtali), un petit dealer antillais qui avait installé son quartier général dans une boîte de strip-tease forain, au milieu de la fête qui se tient chaque année entre Barbès et Pigalle. Mais pour obtenir la mise en liberté provisoire de sa femme, Bruno (Paul Le Person) a dénoncé Bobby, abattu par la police lors d’une bavure. Anita décide de le venger.

Notre avis: **

Un cinéma plutôt intéressant dans sa démarche et qui rend compte d’une réalité de terrain. Le procédé filmique permet de faire ressortir une vérité oubliée, effacée, très loin de la carte postale. Les couleurs dans leur ensemble sont intéressantes. La fonction documentaire du film le sauve de sa dimension fictive, qui, elle, ne brille pas particulièrement. Le style course poursuite peut certes évoquer un style à la Melvin Van Peebles, urbaine et dynamique, mais dans l’ensemble, on en note surtout les manques; l’absence de relief, de profondeurs, de thèmes, de psychologie.


TRÉSORS ET CURIOSITÉS:

Les Cavaliers nocturnes de Martin Hollý ( Tchécoslovaquie , 1981,1h31)

Peu après la fin de la Première Guerre mondiale, un garde-frontière est tué alors qu’il patrouille sur la nouvelle frontière entre la toute jeune Tchécoslovaquie et la Pologne. Halva (Radoslav Brzobohatý), qui le remplace, est tchèque. Il se heurte immédiatement aux villageois qui protègent le contrebandier local, le Slovaque Orban (Michal Docolomanský) : celui-ci essaye de faire passer des chevaux depuis la Pologne, pour les vendre et permettre ainsi aux villageois de gagner de quoi émigrer vers les États-Unis. Les affrontements se multiplient, jusqu’à ce que la femme d’Halva (Sona Valentová) soit elle-même menacée…

Notre avis: ****

Pathé Bellecour – ven 16 à 18h15

Le Cavaliers nocturnes commence par instaurer une ambiance mystérieuse, pour mieux la développer. L’histoire se passe dans un village perché quelque part au milieux des montagnes, à la frontière entre la Pologne et la désormais ancienne Tchécoslovaquie, qui doit obéir à un gouvernement central situé à Prague. Difficile de comprendre les enjeux sans connaitre au préalable le contexte historique: les peuples tchèques et slovaques se voient obligés à cohabiter au sein d’une nouvelle nation. Il s’agit d’une question d’identité. Martin Hollý applique parfaitement les codes classiques du western pour raconter l’histoire d’un contrebandier slovaque qui résiste à un garde-frontière tchèque (symbole des forces de l’ordre). Deux acteurs inconnus interprètent avec précision les deux rôles principaux. Les paysages sont admirables, les éléments culturels locaux (les cérémonies, les rituels religieux) ressortent. La légèreté et l’ humour noir rajoutent au plaisir du spectateur. Enfin, citons la remarquable qualité de l’image et de la restauration que l’on doit à Slovak Film Institute.


FEMMES CINÉASTES:

La Dernière étape de Wanda Jakubowska ( Pologne , 1948, 1h51)

Comme des milliers d’autres femmes, Marta Weiss (Barbara Drapinska) est déportée à Auschwitz, après son arrestation à Varsovie. Devenue interprète pour les autorités du camp, elle tente de mettre en place un réseau de résistance au sein même d’Auschwitz, alors que les trains de déportés ne cessent d’y arriver.

Pathé Bellecour ma 13 à 14h45

Notre avis: ****

Ce chef-d’œuvre du cinéma de patrimoine polonais choisit un point de vu féminin pour revenir sur le sujet de la Shoah. La réalisatrice a vécu elle-même pendant deux ans dans un camp de concentration à Auschwitz-Birkenau, mais elle ne s’est pas contenté de proposer une autobiographie. Elle a enrichi son film avec de multiples récits, histoires croisées de plusieurs femmes juives polonaises (infirmières, femmes médecins, jeunes mères, traductrices, etc.) toutes prisonnières des nazis. Elle ne cherche pas de pitié vis à vis de ses personnages, au contraire, elle les présente comme des femmes résistantes fortes et courageuses, chacune porteuse d’une petite histoire personnelle, d’une tragédie propre, mais toutes solidaires pour trouver un moyen de s’échapper du camps. La dernière étape est une production cinématographique incroyablement ambitieuse, avec de nombreux figurants et de vrais décors (Le tournage a eu lieu à Auschwitz-Birkenau, tout y a été refait pour reproduire l’état des camps tel qu’ils étaient pendant la guerre). Le résultat est un des meilleurs et plus émouvants films réalisés sur le sujet.


D’autres avant-premières:

Nomadland de Chloé Zhao (2020, 1h48)

Après l’effondrement économique d’une ville industrielle du Nevada, Fern (Frances McDormand) fait ses bagages. À bord de son van, elle sillonne désormais les paysages de l’Ouest américain, suivant les saisons et les emplois itinérants. Quand il est temps de passer à autre chose, elle reprend la route.

UGC Ciné Cité Confluence mar 13 à 20h15

Notre avis: ****

Avec Nomadland, Chloé Zhao dresse un portrait choquant de l’Amérique actuelle. Sur le plan esthétique également, elle propose quelque chose de radicalement différent vis à vis de ce que nous attendons habituellement du cinéma américain. Ce road-movie doux-amer, humaniste, nous apparaît très touchant dans l’ensemble, grâce au regard naturaliste qui saisit les instants réels, mais aussi à la présence magique de Frances Mc Dormand et de plusieurs acteurs non professionnels qui interprètent leurs propres vies devant la caméra. Chloé Zhao supprime progressivement tous les procédés artificiels cinématographiques pour garder juste l’essentiel et se concentrer sur les paysages qui reflètent, de façon poétique, l’esprit humain. Elle fait ainsi l’éloge de la vie épurée, loin de toute logique de surconsommation.


EVENEMENTS:

CINÉ-CONCERT La Femme et le pantin de Jacques de Baroncelli (France, 1928, 1h55)
Accompagnement à l’orgue et au piano par Paul Goussot

Années 20. Alors que son train en route vers Séville est bloqué par la neige, Don Mateo Diaz (Raymond Destac), un riche séducteur, trompe son ennui en se promenant de wagon en wagon. Arrivé en troisième classe, il s’interpose dans une bagarre qui oppose deux femmes, dont la fougueuse Conchita Perez (Conchita Montenegro). Lorsqu’ils se retrouvent quelques mois plus tard, Conchita ne cesse de faire languir Don Mateo.

Auditorium de Lyon di 18 à 11h

Notre avis: ****

La femme et le pantin est une des adaptations du roman éponyme de Pierre Louÿs, mis à l’écran une fois auparavant (La femme et le pantin de ,1920) puis plusieurs fois par la suite: … et enfin Cet obscur objet du désir de Luis Buñuel en 1977. La version muette de Jacques de Baroncelli est particulièrement belle; l’image semble bien travaillée, les clairs obscurs créent des tableaux charmants parfaitement en harmonie avec l’histoire, le rythme est efficace et surtout, l’actrice principale Conchita Montenegro joue son rôle avec beaucoup de précision et puissance. Parmi les intérêts manifestes, citons également les trouvailles visuelles de Baroncelli, dans cette scène initiale qu’il emprunte à un tableau de Goya mis en mouvement (tout un symbole!), ou lorsqu’il incruste des images rêvées dans des cadres fortuits – la danseuse nue reflétée dans une bouteille entre autres. Il faut enfin noter que la version de Buñuel semble très inspirée de la version de Baroncelli, certaines scènes étant même copiées plan à plan !