THE FITS : UN FILM ABSTRAIT

Toni, 11 ans, s’entraîne dans la salle de boxe de son grand frère.
Elle découvre qu’à l’étage au dessus, un groupe de filles apprennent une variante très physique du hip hop, le drill.
Attirée par leur énergie, leur force, leur assurance, Toni abandonne peu à peu la boxe pour la danse…

La réalisatrice a une formation de chef-op et a travaillé comme assistante caméra et surtout en tant que directrice photo et cela se voit : chaque plan est soigné, parfaitement composé.

Il est toujours plaisant de découvrir un film indépendant américain, car les films indépendants américains sont peut-être voués à mourir, aspirés jusqu’au sang par les séries, qui seraient soit-disant le nouvel espace artistique et thématique (ou l’on peut tout montrer tout dire) selon les professionnels de la profession outre-atlantique.

Cependant, le film déconcerte.  Il est abstrait -des beaux plans où l’on peine à projeter quelque chose- et taiseux -la petite héroïne que l’on suit ne dit presque pas un mot. Une piste très intéressante menant vers le fantastique demeurera sans réponse. A vous d’y mettre l’explication qu’il vous plaira.

Ces beaux-plans si parfaitement composés, silencieux et la déception de cette intrigue sans réponse en déconcerteront plus d’un. Laissant un joli objet dont l’objet, justement, reste à deviner.

Kim Kardashian va jouer dans Ocean’Eight

Afficher l'image d'origine

Kim Kardashian, « connue pour être connue » va pouvoir réaliser un de ses rêves : jouer au Cinéma.

Pour être exact elle était déjà apparue sur grand écran, mais pas dans dans des productions très prestigieuses : Film catastrophe (Disaster Movie) en 2008, Deep in the Valley (2009), Tentation : Confession d’une femme mariée (2013)

Afficher l'image d'origine

Cette année, elle tournera son propre rôle dans Ocean Eight, le dernier volet de la franchise, aux côtés de sa demie-soeur Kendall Jenner. Elle apparaîtra dans une scène impliquant un vol de bijoux -ce qui nous confirme une fois de plus la promptitude des américains pour la récupération d’actualités plutôt récente, qu’il s’agisse de choses qui marquent l’histoire…. ou tout simplement la culture people.

Steven Soderbergh produit ce huitième volet, mais le réalisation est confiée à Gary Ross. Reste que Madame Kadarshian West aura apparaitra à l’affiche aux cotés de noms pour le moins prestigieux : George Clooney, Rihanna, Sandra Bullock, Anne Hathaway, Sarah Paulson, Mindy Kaling, Zayn Malik, Maria Sharapova et Anna Wintour (le vrai « Diable qui s’habille en Prada).

Le film sortira le 8 juin 2018.

Fleur de Tonnerre : de l’empathie pour une sérail-killeuse ?

Le pitch : En 1800, la Bretagne est à genoux, accablée par le régime en place et par le clergé omnipotent. Elle se meurt dans un marasme économique qui n’en finit pas et au milieu de cela, une fillette en souffrance pousse, tant bien que mal. Cette fillette c’est « Fleur de Tonnerre », une enfant isolée, malmenée par la vie et bercée par le morbide. Elle en deviendra la plus grande « serial killer » que la terre ait jamais porté et sèmera la mort, peut être juste pour être regardée et aimée.

La fleur de Tonnerre du film, Héléne Jégado (interprétée par Deborah François) a bel et bien existé et aurait fait l’objet de plusieurs émissions type « Faites entrer l’accusé » au niveau international si elle avait sévi au 20ème ou 21ème siècle. Nous avons en effet affaire à la plus grande serial killeuse de toute l’Histoire ! Jean Teulé en a fait un livre, avec ce côté léger et détaché qu’il a déjà eu pour décrire des histoires trash au possible -l’horrible destin de Darling, sa propre cousine, ou d’Alain de Monéys, molesté par des habitants du village, puis torturé et mis à mort dans des conditions de brutalité inouïe.

Continuer la lecture de Fleur de Tonnerre : de l’empathie pour une sérail-killeuse ?

Blow Up – Une étape à ne pas manquer

Certains films marquent durablement l’histoire du cinéma. Point de bascule entre deux périodes, œuvre matricielle aux dimensions universelles, ces productions sont peu nombreuses, parfois trompeuses, souvent surévaluées de par leur praticité. Car, faire l’histoire par étapes n’est pas chose aisée. La découverte d’un film oublié peut en effet remettre en cause un parcours parfaitement rôdé. Depuis une dizaine d’années, certaines études consacrées au cinéma du début du XXe siècle forcent l’intérêt de par leur volonté à discuter les fondements de l’histoire du cinéma. Griffith, pionnier ? Pas forcément si l’on se reporte à l’ensemble de la filmographie de Edwin S. Porter (Le Vol du Grand Rapide, 1903). Je crois néanmoins que, si l’on veut bien considérer l’art cinématographique en partie comme une science, les films matriciels sont nécessaires à notre compréhension de l’histoire de ce médium. Et Blow Up (1966), ressorti en salles cette semaine, est de ceux-ci.  Sa portée touche autant l’œuvre de Michelangelo Antonioni, son réalisateur, que le cinéma dans son ensemble.

Continuer la lecture de Blow Up – Une étape à ne pas manquer

Jennifer Lopez époque U-Turn : c’était quelque chose !

… surtout que, comme vous avez pu peut-être le lire dans cet article, à l’époque elle faisait de bons films, comme Hors d’atteinte, ou U-Turn, sur lequel nous revenons, dans un élan d’une nostalgie des années 90 qu’on aurait jamais cru possible -les années 90, c’était hier, ou avant hier non ?

U-TURN, Jennifer Lopez, 1997
U-TURN, Jennifer Lopez, 1997, (c) Columbia

U-TURN, Jennifer Lopez, 1997, (c) Columbia

Un magazine pour les cinéphiles