Le fils de Jean : « le lieu du secret, le monde du silence »

450059

Mathieu est un homme de 33 ans, il vit en France, il n’a jamais connu son père. Il apprend au téléphone la mort de ce dernier et également l’existence de deux frères au Canada où vivait ce père. Il décide alors de s’y rendre mais il n’est pas vraiment le bienvenu.

Le fils de Jean c’est d’abord l’adaptation à l’écran d’un livre de Jean- Paul Dubois Si ce livre pouvait me rapprocher de toi qui a inspiré le projet du réalisateur. Philippe Lioret, qu’on avait déjà connu doué dans l’art de raconter de bonnes histoires, à l’image de films comme l’Equipier, Je vais bien ne t’en fais pas ou encore Welcome , nous revient en grande forme pour filmer cette histoire de filiation. Il signe un thriller familial à l’intrigue haletante où la composition des acteurs est remarquable de justesse.

Le personnage principal, Mathieu, en quête identitaire, est interprété par Pierre Deladonchamps qu’on a pu apprécier dans L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie. Pierre, l’ami de Jean, est joué par Gabriel Arcand, acteur canadien génial en homme bourru et secret.

Lioret réalise un film à hauteur d’hommes, un film aussi sur la virilité « canadienne ». Il y a quelque chose de robuste chez eux. Et la présence des corps, leur pesanteur, peut rappeler la rudesse et les scènes de confrontation physique chez Pialat. La scène centrale du lac en est la démonstration. Le héros du film détonne dans cet univers viril et parfois violent par sa sensibilité et son regard enfantin.

Lioret parle de la famille comme « le lieu du secret, le monde du silence ». Il restitue très bien ces silences dans les regards et ressentis des personnages. Car s’il y a beaucoup de sensibilité dans le traitement de cette histoire, en aucun cas il n’y a de la sensiblerie.

En entrant dans le film nous ne sommes pas tout de suite conquis par l’ambiance . On a un peu l’impression d’être face à un téléfilm. Puis en « débarquant » au Canada le film prend forme, prend corps. On s’attache à ces personnages . Les femmes entre autres, sympathiques et chaleureuses, ont une place à part. Elles révèlent aussi les failles de leurs hommes.

Le fils de Jean est un bon film d’acteurs même s’il ne faut pas négliger la mise en scène sobre et efficace. Lioret effectue un travail d’artisan du cinéma soigné avec des histoires fortes en prime où l’on ne s’ennuie pas . On passe alors un bon moment de Cinéma et il réussit même à nous arracher quelques larmes à la fin du film.

                                                                                                                        Maelig HIVER

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *