Press "Enter" to skip to content

Gregg Araki revient à Deauville avec Whitebird

Last updated on 25 mai, 2015

Alors que Gregg Araki avait dans une édition précédente du festival américain de Deauville présenté un film pétillant, pouvant déranger, et très jeune d’esprit Kaboom – nous lui avions alors demandé où et quand s’arrêtait l’adolescence – Gregg Araki est revenu cette année avec un film défi pour lui, classique dans sa forme, avec de la retenue, un film adulte. White Bird est en effet plus à rapprocher du très bon Mysterious Skin que de Doom Generation ou de Kaboom.
Voici quelques clichés du très souriant et facétieux Gregg.

Be First to Comment

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.