Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

#Cannes2022 Notre palme d’or: Tourment sur les iles (Pacifiction) + rencontre avec le cinéaste

Sur l’île de Tahiti, en Polynésie française, le Haut-Commissaire de la République De Roller, représentant de l’État Français, est un homme de calcul aux manières parfaites. Dans les réceptions officielles comme les établissements interlopes, il prend constamment le pouls d’une population locale d’où la colère peut émerger à tout moment. D’autant plus qu’une rumeur se fait insistante : on aurait aperçu un sous-marin dont la présence fantomatique annoncerait une reprise des essais nucléaires français.

Serra décide dès les premières scènes de convier le spectateur à pénétrer les murs d’une boite de nuit dont on imagine très vite qu’elle donnera la tonalité d’ensemble: une dénonciation de la vulgarité. Tout aussi prestement nous intégrons que l’ambiance pré-apocalyptique instaurée ne nous quittera plus, le temps, suspendu, est venu pour un homme dont nous suivrons les pas, de passer la main, de se retirer du spectacle politique, avec une pensée cynique, voire nihiliste.

Ce personnage qui représente tout à fait le spectacle auquel il participe au premier rang, vient au fur et mesure nous happer et nous interroger par la conscience qu’il développe, le détachement dont il fait part, par ses prises de position très au-dessus de la mêlée. Les dialogues, littéraires, profonds, accompagnent un décor dont les aspects underground nous rappellent les ambiances si chères à Fassbinder. Superbes par leur rythme poétique, nihilistes, ils viennent se poser avec force sur des images qui corroborent le propos. Plongé dans cet onirisme décadent, proche d’une dystopie, les trois heures du film ne pèsent aucunement, bien au contraire, elles mettent en relief une construction narrative très nouveau-roman: au loin les nuages sombres annoncent l’orage, celui-ci se rapproche, la déflagration pourrait être terrible. La catastrophe annoncée aura-t-elle lieu ? Qui en sera sauf ? Peut-être pas le spectateur érigé en juge devant ce reflet de la société qui avait déjà hanté Serra dans quelques-unes de ses œuvres précédentes …

Réalisé dans ce décor paradisiaque de Tahiti dont il prend la tonalité, le pouls mais aussi le contre-champs, la proposition cinématographique d’Albert Serra nous apparaît philosophiquement et visuellement forte, avec un Benoît Magimel magistralement dirigé, entouré de personnages secondaires qui nous intriguent par leur conformisme aveugle et calculé ou au contraire, leur anticonformisme de façade. Paradis perdu, apocalypse à venir, les hommes ne sont pas dupes, les politiques agissent à dessein, peu par conviction, beaucoup en contributeur du spectacle. La pensée de Schopenhauer ou de Debord n’est jamais loin: Serra confie à Magimel quelques monologues d’une rare puissance et portée qui marquent, résonnent et parviennent même à émouvoir, par leur intensité intrinsèque mais aussi le corps et le vibrato que leurs donne un Magimel plus que jamais magnétique.

Retour sur notre rencontre avec Albert Serra, qui était invité spécial du FID à Marseille.

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.