Press "Enter" to skip to content

ARTE Kino: un festival en ligne !

Last updated on 1 décembre, 2020

Le confinement touche à sa fin, mais nous sommes toujours privés de plaisirs obscurs jusqu’au 15 Décembre si tout va bien. D’ici là, il nous reste les festivals, et comme chaque année, Arte propose son édition Arte Kino, un festival du cinéma européen en ligne, prévu dés son concept il y a 5 ans, pour être en ligne ! Il débute le premier décembre et se terminera avec 2020 le 31 Décembre.

Le principe du festival se résume en quelques chiffres, 10 comme le nombre de films en sélection, 45 comme le nombre de pays où les films sont accessibles, 5000 comme le nombre de places disponibles par séance (le nombre de places est cette année illimité !), et 0 comme le prix à payer pour voir les films.

L’édito

Pour sa cinquième édition, ArteKino Festival va faire découvrir une sélection de 10 films européens de jeunes réalisateurs et réalisatrices, accessibles gratuitement en 10 langues dans 45 pays d’Europe. Notre intention est d’inventer un nouveau lien entre les œuvres, leurs
auteurs et un large public curieux de découvrir autant de regards neufs et pertinents sur des préoccupations et des thématiques très contemporaines. Dans un paysage en pleine mutation, ces films, fictions et documentaires, dressent un état des lieux du monde dans lequel nous
vivons, et décryptent notre rapport à l’Histoire. Les dix longs métrages, de dix nationalités différentes, rendent hommage à la diversité culturelle et linguistique de l’Europe. Notre
sélection donne la part belle aux nouveaux auteurs et montre la diversité de leur inspiration, leur attention aux bouleversements géopolitiques autant qu’aux crises intimes. Navigant entre
documentaire et fiction, ou en affranchissant les frontières entre les deux, ces films nous proposent des regards mélancoliques ou gais sur un monde en pleine métamorphose.
Créé à l’initiative de la Fondation ArteKino, le festival a bénéficié du soutien d’Europe Media Créative et de mécènes privés. La Fondation ArteKino soutient également des projets de longs
métrages grâce au « Prix ArteKino International », bourse d’aide au développement, remis dans une douzaine de grands festivals de cinéma. Avec « ArteKino Sélection », un film ou un cycle est aussi proposé chaque mois gratuitement sur les trois offres numériques cinéma d’ARTE : artekinofestival.com, arte.tv et la chaîne YouTube ARTE Cinéma.

Olivier Père, directeur artistique d’ArteKino Festival
Rémi Burah, président de la Fondation ArteKino

Le programme:

La sélection comprend 10 longs métrages européens:



Cat in The Wall
de Mina Mileva et Vesela Kazakova BULGARIE, ROYAUME‐UNI, FRANCE

Locarno FF 2019 – Sélection Officielle

Cat in the Wall raconte l’histoire vraie d’un chat, coincé dans un mur, qui change la vie d’aspirants migrants, de fraudeurs aux allocations et de Brexiters gentrifiés.

Mina Mileva et Vesela Kazakova sont à la tête d’activist38. Elles sont bien connues de l’industrie cinématographique européenne pour la dimension sociale et politique de leur travail. Elles ont réalisé et produit des documentaires subversifs, et ont par la suite été victimes de harcèlement institutionnel dans leur pays.

Notre avis: à venir



Full Contact
de David Verbeek CROATIE, PAYS-BAS

IFF Rotterdam 2016 – Sélection Limelight
Toronto IFF 2015 – Sélection Officielle


Fable contemporaine, Full Contact conte l’histoire d’un pilote de drone qui bombarde une école par erreur : les outils modernes pour faire la guerre lui permettre de se tenir à une distance sûre, déconnecté de ses proies. Mais après l’incident, Ivan commence à appliquer cette déconnexion à tous les pans de sa vie.

David Verbeek est sorti diplômé de l’Académie de cinéma des Pays-bas en 2005 avnt de partir étudier la philosophie et la photographie à New York. Puis, il réalisera le long métrage RU There à Taïwan, présenté à Cannes, Un certain regard.

Notre avis: à venir


Ivana The Terrible
de Ivana Mladenovic SERBIE, ROUMANIE

Locarno FF 2019 – Sélection officielle

Ivana est actrice et travaille en Roumanie. Cependant, des ennuis de santé la conduisent à passer l’été auprès de sa famille, dans sa petite ville natale serbe. Là-bas, l’étalage sur la place publique de ses amours avec un garçon du coin poussent Ivana au bord de la dépression nerveuse.

Ivana Mladenović s’est fait connaître en réalisant des films documentaires et des courts métrages présentés dans les festivals du monde entier. Son premier film de fiction Soldiers. Story from Ferentari a été présenté en compétition à celui de San Sebastian (où il a reçu la mention spéciale du prix Sebastiano).

Notre avis: *

Une relation entre une fille caractérielle et ses parents qui vient en écho d’une relation serbo roumaine compliquée. Un amour s’affiche, fait l’objet d’une commémoration, mais la guerre et les différences ne sont pas oubliées. Au milieu de tout cela, un personnage symbole, engluée dans sa condition et ses fragilités psychologiques. Ivana, la terrible, – qui se met en scène elle même – malade imaginaire ou pas, s’exprime librement, trop librement aux goûts de ceux qui l’entourent. Elle y va de toutes ses vérités, et de tous ses emportements. Son caractère trempé la rend difficile à vivre pour son entourage. Le film touche à un sujet intéressant, hélas, il ne parvient pas sur la forme comme sur le fond à le faire ressortir, à en traduire l’ambiguïté, les subtilités, le caractère positif ou même ombrageux. Le film se lit principalement au premier degré; plutôt étrange et manquant de consistance, quand il semble que les pans cachés, suggérés, le poids de l’histoire notamment, sont posés en postulats triviaux, inutiles à développer, resituer, ce qui est probablement le cas pour une personne vivant à la frontière entre Roumanie et Serbie, mais l’est beaucoup moins pour un français sans racines balkaniques.


Lessons of Love
de Chiara Campara ITALIE

Biennale College Cinema 2019

Yuri a 30 ans, et n’a jamais eu de petite amie. Il travaille avec son père dans une petite ferme d’un village de montagne dépeuplé. Afin d’échapper à une vie de solitude, il quitte son père et sa
famille et déménage dans la banlieue d’une ville proche.

Chiara Campara a étudié la philosophie et le cinéma documentaire à Milan. Elle a travaillé comme assistante à la réalisation et productrice sur des projets de films indépendants. Elle a de plus écrit et réalisé des documentaires en format court et long, tels que Sotterranea (2015) et Tempting Promises (2017).

Notre avis: à venir


Love Me Tender
de Klaudia Reynicke SUISSE

Locarno FF 2019 – Sélection Officielle
Toronto IFF 2019 – Sélection Officielle


La vie quotidienne de Seconda, 32 ans, souffrant d’agoraphobie prend un tour nouveau lorsque sa mère meurt et que son père l’abandonne. Seule, incapable de sortir de chez elle, elle n’est
reliée au monde extérieur que par la visite régulière et déstabilisante d’une petite fille, qui l’attaque depuis l’extérieur et la pousse à bout.

Klaudia Reynicke est une scénariste et réalisatrice suisse péruvienne. Avant de se consacrer à la réalisation, elle a étudié les arts visuels et la sociologie. Sa rencontre avec la réalisatrice
suisse Jacqueline Veuve, confirme son envie de passer à la réalisation. En 2010, elle obtient son master à l’ECAL-HEAD

Notre avis: **

Certains auteurs n’ont rien à dire, mais le disent quand même, avec des formes plus ou moins réussies, mainstream ou banales, et parviennent même parfois à se faire reconnaître comme réalisateurs de talents. D’autres ont des sujets, et des formes plus exigeantes, moins balisées, qui plaisent ou déplaisent. Love Me Tender n’entrent dans aucune de ses deux catégories. La forme est imparfaite. Le fond est « barré ». La folie de l’héroïne que l’on va suivre 1h20 durant n’a sûrement d’égal que l’imaginaire de Klaudia Reynicke qui par ce film entreprend une démarche étrange, très éloigné du traitement habituel de la folie. Il ne s’agit en effet pas d’en récupérer les effets (effrayer, amuser, interroger) comme le cinéma et la littérature ont pu prendre l’habitude, il ne s’agit pas de rendre compte, ou de montrer une facette réaliste, complexe, ou subtil, il s’agit ici de créer un univers fabriqué de toute pièce qui ne ressemble à rien si ce n’est à une création originale, non réplicable sur un modèle existant, et qui empêche toute identification. L’entreprise n’est pas même, à l’instar de Dupieux par exemple, absurde ou poussée à l’extrême … Particulier et au final, passée une première partie où les défauts techniques se remarquent, où le genre tarde à se définir, le propos commence à marquer les esprits, et la spécificité l’emporte sur le superficiel.


Motherland
de Tomas Vengris LITUANIE, LETTONIE,ALLEMAGNE, GRÈCE

Busan IFF 2019 – Sélection Flash Forward


Peu après l’effondrement de l’URSS, Viktorija emmène pour la première fois Kovas, son fils de 12 ans, dans son pays natal. Elle s’est enfuie de Lituanie occupée par l’Union soviétique 20 ans
auparavant et y retourne pour récupérer le domaine familial. Mais lorsqu’ils découvrent une pauvre famille russe habitant sur la propriété tombée en lambeaux, ils doivent réfléchir à jusqu’où ils sont prêts à aller pour réaliser leurs rêves.

Fils d’immigrants lituaniens, Tomas Vengris a grandi à Washington, DC et est diplômé de l’Université de Columbia.ll travaille tout d’abord comme monteur avant d’obtenir son master en réalisation au
American Film Institute (AFI) de Los Angeles.

Notre avis: à venir


Negative Numbers
de Uta Beria GEORGIE, FRANCE, ITALIE

Roma IFF 2019: International Feature Competition

Dans un centre de détention pour mineurs, Nick purge une peine à la place de son frère aîné, et gagne ainsi le respect ses codétenus. Il veut provoquer un soulèvement, mais au même moment les séances d’entraînement de rugby commencent. Nick se retrouve isolé et réalise qu’il est victime de ses propres convictions, ce qui le pousse à repenser les valeurs qu’il croyait siennes.

Uta Beria est réalisateur et scénariste. En 2009, il sort diplômé d’une formation de l’Université d’État de théâtre et de cinéma Chota Roustavéli, avec une licence en réalisation de films pour le
cinéma et la télévision. En 2010-2011, Il participe au programme d’écriture de scénario à l’Université d’État de théâtre et de cinéma Chota Roustavéli et y obtient son master.

Notre avis: à venir


Sebastien Tellier : Many Lives
de François Valenza FRANCE

FAME 2020

Des premiers succès aux errances enfumées, du tourbillon des fêtes mondaines aux affres de la création, un documentaire ambitieux qui retrace les infinies métamorphoses de Sébastien Tellier.

Après ses études à l’École nationale d’art de Cergy, François Valenza remporte le programme « Hors les murs » de la villa Médicis. Il s’installe à New York, puis réalise « A Thousand minds », un essaidocumentaire de 30 minutes, portrait poétique de l’auteur compositeur Sébastien Tellier.

Notre avis: (*)

Sebastien Tellier dénote dans le monde de la musique; si souvent stéréotypé. Il se sert de son image, et plus exactement sa contre-image – il en joue – pour se payer le luxe de la fantaisie. En somme, il ne prend aucun risque de briser son image, sa marque de fabrique, puisque par défaut il la brise lui même. En se montrant, il se cache, et réciproquement. Les paradoxes de ce talentueux musicien, adepte des paradis en tous genres, – surtout quand ils sont psychédéliques – constituent un sujet digné d’intérêt dont s’est emparé, sans grand talent cependant, François Valenza, qui opte pour un plan chronologique et un système de commentaires par les amis éculé à la télévision lorsqu’il s’agit d’évoquer un artiste.


Son of Sofia
de Elina Psykou GRÈCE, FRANCE, BULGARIE

Sarajevo IFF – Art Cinema Award
Tribeca IFF – Sélection Officielle

Athènes, 2004, Jeux olympiques d’été. Misha, 11 ans, quitte la Russie pour rejoindre sa mère, Sofia, et vivre avec elle. Mais il ne se doute pas qu’un père l’attend à l’arrivée. La Grèce nage en plein rêve olympique alors que Misha est lui violemment propulsé dans le monde des adultes. Les aspects les plus
sombres de ses contes de fées préférés l’accompagnent dans cette période.

Née en 1977 en Grèce, Elina Psykou a fait des études cinématographiques et sociologiques à Athènes. Elle poursuit des études d’histoire culturelle à Paris avant de participer au Berlinale Talent en 2007. Elina mène actuellement des recherches pour son premier documentaire To Live and Die in Europe, soutenu par Creative Europe et Eave, et travaille également à l’écriture de son troisième long métrage.

Notre avis: à venir


THF : Central Airport
de Karim Aïnouz ALLEMAGNE, FRANCE, BRÉSIL

Berlinale 2018 – Amnesty International Film Prize
Cinéma du réel 2018 – Compétition Internationale

L’aéroport historique de Berlin, Tempelhof, est désaffecté, et pourtant les arrivées et départs y sont encore bien d’actualité, car ses hangars massifs ont été transformés en centre d’accueil d’urgence pour demandeurs d’asile. Parmi eux, Ibrahim, étudiant syrien de 18 ans et Qutaiba, physiothérapeute irakien, essayent de gérer leur mal du pays et l’angoisse face à un avenir incertain.

Karim Aïnouz est réalisateur et artiste visuel. Son premier long métrage, Madame Satã, a été présenté en 2002 au Festival de Cannes, dans la sélection Un certain regard. Ses courts métrages et installations ont été présentés dans de nombreux lieux, y compris aux biennales du Whitney Museum of American
Art et à la Temporäre Kunsthalle de Berlin


Notre avis: à venir


Les prix

LE VOTE ET LE PRIX DU PUBLIC EUROPÉEN

A l’issue du visionnage, le spectateur peut attribuer une note de 1 à 5 à chaque film. Le Prix du Public Européen d’une valeur de 20 000 euros maximum sera décerné au film ayant obtenu la meilleure note. Ce prix est réparti entre le réalisateur du film et le vendeur international et devrait inciter à une diffusion plus large du film sur de nouveaux territoires.

LE PRIX DU JURY JEUNE

Un Jury d’une dizaine de jeunes européens âgés de 18 à 25 ans décerne, par leurs votes, un Prix d’une valeur de 10 000 euros à l’un des 10 films de la sélection du Festival. Les jeunes européens seront invités en janvier à Paris pour la Cérémonie de remise du Prix du Public Européen et du Prix du Jeune Public (si les conditions sanitaires le permettent).

LES PRIX DU SPECTATEUR

A l’issue du Festival, en janvier 2021, ArteKino fera gagner aux spectateurs inscrits et ayant voté pour les films en ligne les lots suivants :

  • 1 séjour au Locarno Film Festival, (accréditation, transport depuis son lieu de résidence et hébergement sur place) pour 1 spectateur, tiré au sort parmi tous les inscrits sur le site ayant visionné et voté pour au moins 7 des 10 films de la compétition du Festival ;
  • 50 objets connectés Google pour 50 spectateurs, tirés au sort parmi tous les inscrits sur le site ayant visionné et voté pour au moins 3 des 10 films de la compétition du Festival.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.