Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

#Cannes2022: Le palmarès

Mis à jour le 3 juin, 2022

Le jury du 75ième festival de Cannes a délivré un palmarès, qui, dans la lignée des cinq dernières éditions, semble prendre en compte ou suivre les goûts du public (Ostlund, Lukas Dhont, Dardennes, Park Chan Wook, Kore Eda ont proposé des films qui sans aucun doute seront des succès d’exploitation, James Gray aurait pu les accompagner, le prix d’interprétation masculine revient également à un acteur fort populaire) plus qu’il n’a cherché à les éclairer dans une direction artistique forte, qui aurait nécessairement diviser (Récompenser Les Amandiers aurait généré un débat sur la présence de la fille de Lindon au casting, le film ayant aussi un aspect élitiste, reproche qui se serait sûrement abattu sur Nostalgia de Martone, et plus encore sur Pacifiction de Serra qui sera hélas destiné à la confidentialité, le brûlot politique de Mungiu peinera probablement à rassembler largement).

Plus que de jouer notre rôle de critiques mécontents d’un palmarès qui n’est pas le notre – c’est le principe même, et tant mieux qu’il en soit ainsi ! – saluons les quelques gestes courageux du jury, vis-à-vis de cette sélection plutôt homogène mais qui souffrait probablement d’un manque de chefs d’œuvres incontestables – revenons en 2011 ! -celui de remettre à Jerzy Skolimowski un prix qui récompense le travail d’un artiste accompli et radical, à l’esprit si jeune malgré son grand âge, celui d’honorer Claire Denis pour un film étrangement mal reçu, (sifflé par certains), atmosphérique, une sorte de Profession Reporter qui fait la part belle au female gaze, celui enfin, d’accorder le prix d’interprétation féminine à une actrice iranienne en exil, pour son rôle dans un thriller (réalisé par un réalisateur danois d’origine iranienne), qui comporte précisément tout ce qui serait censuré en Iran. En accordant le prix du scénario à Boy From Heaven, écrit par Tarik Saleh, réalisateur d’origine egyptienne né en Suède, qui a pour décor les jeux de pouvoir politico-religieux en Egypte, là aussi, le jury de Vincent Lindon a cherché à adresser un message de liberté au monde. La Suède et la Belgique sont les deux pays grand vainqueur cette année, avec trois prix pour le premier, et deux pour le second.

Voici le palmarès du soixante quinzième festival de Cannes:

Longs Métrages

Palme d’or

Ruben ÖSTLUND de nouveau reçoit une palme d’or

TRIANGLE OF SADNESS (SANS FILTRE) réalisé par Ruben ÖSTLUND

Le prix a été remis par le réalisateur mexicain Alfonso CUARÓN et l’acteur français Vincent LINDON, président du Jury des Longs Métrages.

Grand Prix ex-æquo

CLOSE réalisé par Lukas DHONT

STARS AT NOON réalisé par Claire DENIS

Les prix ont été remis par l’acteur espagnol Javier BARDEM, le réalisateur iranien Asghar FARHADI et le réalisateur et scénariste norvégien Joachim TRIER

Prix de la Mise en scène

PARK Chan-wook pour HEOJIL KYOLSHIM (DECISION TO LEAVE)

Le prix a été remis par le réalisateur danois Nicolas WINDING REFN et la scénariste, réalisatrice, actrice et productrice britannique Rebecca HALL

Prix du Scénario

Tarik SALEH pour WALAD MIN AL JANNA (BOY FROM HEAVEN)

Le prix a été remis par l’acteur vénézuélien Édgar RAMÍREZ et l’actrice et productrice indienne Deepika PADUKONE

Prix du Jury ex-æquo

EO réalisé par Jerzy SKOLIMOWSKI

LE OTTO MONTAGNE (LES HUIT MONTAGNES) réalisé par Charlotte VANDERMEERSCH & Felix VAN GROENINGEN

Les prix ont été remis par l’actrice et la réalisatrice italiennes Alice et Alba ROHRWACHER et par l’actrice et réalisatrice italienne Jasmine TRINCA

Prix du 75e

TORI ET LOKITA réalisé par Jean-Pierre & Luc DARDENNE

Le prix a été remis par l’actrice française Carole BOUQUET et le réalisateur français Ladj LY

Prix d’interprétation Féminine

Zar AMIR EBRAHIMI dans HOLY SPIDER (LES NUITS DE MASHHAD) réalisé par Ali ABBASI

Le prix a été remis par l’acteur et réalisateur français Guillaume CANET et l’actrice suédoise Noomi RAPACE

Prix d’interprétation Masculine

SONG Kang-ho dans BROKER (LES BONNES ÉTOILES) réalisé par KORE-EDA Hirokazu

Le prix a été remis par l’actrice allemande Diane KRUGER et le réalisateur et scénariste américain Jeff NICHOLS


Courts Métrages

Palme d’or

HAI BIAN SHENG QI YI ZUO XUAN YA (THE WATER MURMURS)

réalisé par JIANYING CHEN

Mention Spéciale

LORI réalisé par Abinash Bikram SHAH


Caméra d’or

WAR PONY réalisé par Riley KEOUGH et Gina GAMMELL

présenté dans le cadre de la Sélection officielle UN CERTAIN REGARD

Mention Spéciale

PLAN 75 réalisé par HAYAKAWA Chie

Les prix ont été remis par l’actrice espagnole Rossy DE PALMA, Présidente du Jury de la Caméra d’or.

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.