Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Max von Sydow: dernière partie d’échecs avec la mort

Il y a un an, le dimanche 8 mars 2020, la plus connue des figures du cinéma d’Ingmar Bergman, un des plus grands acteurs au monde avec un carrière impressionnant, Max von Sydow, a disparu.

L’acteur d’origine suédoise (né à Lund) était devenu citoyen français en 2002 et a été récompensé de la légion d’honneur en 2012. Il avait épousé, en 1997, Catherine Brelet, documentariste et productrice française, et vivait avec elle dans leur maison en Provence.

Max von Sydow a commencé sa carrière avec Bara en mor (1941) et Mademoiselle Julie (1951) d’Alf Sjoberg, un des pionniers du cinéma suédois. Mais il doit sa célébrité à sa première collaboration avec Ingmar Bergman, son troisième film en tant qu’acteur, Le Septième Sceau. Leur relation amicale/professionnelle était très fertile, donnant lieu à plusieurs chefs-d’œuvre du cinéma moderne.

Ils comptent 11 films ensemble, notamment durant les années 1950 et 1960: Les Fraises sauvages, Le Visage, La Source, A travers le miroir, L’Heure du loup, La Honte, Une passion

Mais Max von Sydow, étant extrêmement prolifique, ne s’est jamais limité aux films de son ami suédois, ni à l’industrie cinématographique de son pays natal.

Une Passion

Pendant plus de 65 ans de carrière, il a joué dans plus de 100 films et séries télé, dont plusieurs films américains, œuvres de grands cinéastes tels David Lynch, John Huston, Woody Allen, Steven Spielberg, Martin Scorsese,… Parmi les plus connus nous pouvons noter: The Greatest Story Ever Told 1965, The Quiller Memorandum 1966, The Kremlin Letter 1969, L’Exorciste 1973, Three Days of the Condor 1975, Flash Gordon 1980, Escape to Victory 1981, Dune 1984, Hannah and Her Sisters 1986, Ghostbusters II 1989, Awakenings 1990, Minority report en 2002, What Dreams May Come 1998, Rush hour3 2006, Shutter Island 2010, Extremely Loud and Incredibly Close 2011, Star wars episodeVII 2015Il avait la rare particularité d’avoir d’abord contribué à l’univers artistique d’un grand cinéaste comme Bergman puis d’avoir joué dans certains films hollywoodiens et séries populaires (Game of Thrones étant sa dernière série).

Durant les années 1970, Max Von Sydow travaille avec de grands réalisateurs italiens comme Valerio Zurlini (Le désert des Tartars 1976), Francesco Rosi (Cadavres Exquis 1976), Alberto Lattuada (Cœur de chien 1976), Mauro Bolognini (Gran Bollito 1977) ou Dario Argento (Le sang des innocents 2001).

Au début des années 1970, il interprète le personnage principal du film en deux parties Les Émigrants et Le Nouveau monde, de Jan Troell, le cinéaste suédois pour lequel, 20 ans plus tard, il jouera dans Hamsun, qui retrace la biographie du grand romancier norvégien Knut Hamsun.

Il joue également dans deux films très réussis (récompensés par la palme d’or à Cannes) pour son ami danois Bille August: Pelle le conquérant en 1987 et Les meilleurs intentions (basé sur un scénario de Bergman, en mini-série avant de diffuser au format long-métrage) en 1991. Le même année, il donne sa voix à Europa (narrateur, nous ne le voyons jamais à l’écran) œuvre d’un autre (futur) grand cinéaste danois et adepte de Cannes, Lars Von Trier. Pour compléter son tour d’horizon du cinéma danois, il travaille avec Thomas Vinterberg en 2018. Il s’agit d’une production internationale, intitulée Kursk, dont Luc Besson est co-scénariste, qui comprend des acteurs multi-horizons: belges/français/anglais/allemands, etc.

Malgré son choix de vivre en France et d’adopter la nationalité française, les films français dans sa filmographie restent rares : Le miroir éclat ou Trompe l’œil de Claude Anna en 1975 et Le Cercle des passions en 1983 de même réalisateur, La mort en direct de Bertrand Tavernier en 1980, This is money de Paolo Barzman en 1994, Le Scaphandre et le papillon du réalisateur américain Julian Schnabel en 2007, Un homme et son chien de Francis Huster en 2008, Oscar et la dame rose d’Eric-Emmanuel Schmitt en 2009, etc.

A l’instar du célébrissime scénario de Bergman, Max Von Sidow aura réussi à retarder l’échéance autant que faire se peut, sa longue carrière nous aura permis de s’interroger avec lui sur de grandes questions, mais la Mort aura su délivrer le coup final… Echec et mat, le chevalier est passé de vie à trépas.

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.