Notice: class-oembed.php est obsolète depuis la version 5.3.0 ! Utilisez wp-includes/class-wp-oembed.php à la place. in /home/lemagcin/www/wp/wp-includes/functions.php on line 4719
Taper "Entrée" pour passer le contenu

Seberg, Kristen Stewart fait ce qu’elle peut – diaporama

Hors compétition à la Mostra de Venise, nous étions (comme tout bon cinéphile qui se respecte, très curieux de découvrir un film qui porte le nom Seberg, et au casting duquel on retrouve Kristen Stewart).

Avant de revenir en images sur la conférence de presse, et de vous proposer dans notre cahier critique un point de vue plus argumenté, reconnaissons que Seberg nous a assez fortement décu.

Commençons par les quelques bons points du film, qui ne sont pas si nombreux. Trouver une actrice qui puisse sembler crédible dans les souliers de Jean Seberg, n’était pas une mince affaire, et le choix de Kristen Stewart nous semble une assez bonne idée: même si la ressemblance n’est pas parfaite, nous pouvons ceci dit noter une certaine filiation entre les deux actrices, qu’elle soit physique, autobiographique (les deux actrices sont américaines, très adulées en France, alimentent assez facilement la presse à scandale, elles sont engagées par ex).
Vouloir porter ce sujet à l’écran est aussi une très bonne idée, notamment le point de vue qui était choisi aurait pu être excellent si le film avait su apporter des réponses, des éléments ou un point de vue, qui pourrait éclairer le mystère qui entoure la fin de vie de Jean Seberg (officiellement un suicide, mais avec des soupçons de meurtre orchestré par l’état).

Les mauvais points sont malheureusement trop nombreux pour que le film ait eu une chance de nous séduire, nous y reviendrons peut être, notamment le fait que le film ne s’intéresse que très peu à l’identité de Jean Seberg d’une part, mais aussi et surtout à celle de Romain Gary. Le couple qu’il formait ensemble était si fascinant qu’il nous semblait que ce thème ne pouvait être omis. En lieu et place, nous avons le droit à un développement (douteux) autour de Malcolm X et Angela Davies, autour de la relation sexuelle entre Malcom X et Jean Seberg, …

Bref, en conférence de presse, nous avons posé la question de ce choix, la réponse des producteurs était légitime, leur sujet n’était pas Seberg et Gary, mais bien le FBI …

Bref, on s’était trompé de film !

Commentez le premier

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.